L’allaitement maternel est-il nécessaire ?

Avant d’être le moyen d’alimentation du nourrisson, l’allaitement maternel est surtout une façon de prolonger la relation qui s’établit durant la grossesse entre la mère et le fœtus. Cependant, pour de nombreuses raisons, la peur de subir un affaissement des seins, et d’avoir à recourir tardivement à un lifting de seins pour corriger la ptose mammaire, de nombreuses femmes préfèrent délaisser le lait maternel au détriment des substituts artificiels. Mais quelle est donc la nécessité de l’allaitement maternel pour l’enfant ?

allaitement

L’année 1930 marque un tournant majeur dans les considérations sur l’allaitement maternel. Des raisons hygiéniques, notamment la pasteurisation et des raisons professionnelles avec le développement du travail des femmes,  sont alors invoquées pour justifier son délaissement. L’avènement du lait de synthèse au cours des années 1970 a accéléré le phénomène de délaissement de l’allaitement maternel. Alors qu’avant le début du XXème siècle, il constituait la seule alimentation du nourrisson. Dans les années 1978, les organismes internationaux comme l’Unicef et l’OMS, s’organisent pour la «  (la) protection, l’encouragement et (le) soutien à l’allaitement maternel » à travers la mise en place d’une charte. L’initiative sera réitérée dès 2011 par l’OMS, et certains pays comme la France, seront soumis à l’interdiction de la distribution des substituts du lait maternel.

Les effets bénéfiques du lait maternel

raisons-choisir-lallaitement-maternel

Et pourtant, le lait maternel ne constitue pas seulement un élément nutritif nécessaire à la croissance du nourrisson, car il a d’autres vertus indispensables à son bien être en général.

Le lait maternel permet en effet de lutter contre les infections par leur prévention. En raison de l’immaturité du système immunitaire du nourrisson, le lait maternel grâce à ses cellules et protéines, est ce qui lui permet de se mettre à l’abri des infections, des bactéries, des virus, des champignons en attendant qu’il soit capable de développer ses propres anticorps.

Le lait maternel a en effet une activité bactéricide, par la production la lactoferrine, de la lacto- peroxygénase et du lysosyme. Produits par le lait maternel, ils ont une activité bactériostatique pour le premier, qui agit sur l’enrayement des bactéries ; une action bactériostatique indirecte pour le second, qui grâce à son activité enzymatique, produit l’H2O2, un puissant bactéricide et le troisième qui réalise une lyse de la muréine. En outre, le lait maternel à une activité phagocytaire.

Le lait maternel et la prévention des pathologies

En gros, le lait maternel à pour le nourrisson un rôle d’anticorps, d’antibactérien, d’antiviral et d’antifongique, pour empêcher l’intrusion et la multiplication des microbes. Ce rôle de prévention est efficace lorsqu’un allaitement de 6 mois est assuré au nourrisson ou de 4 mois au minimum. Un allaitement de 6 mois réduit en effet, le risque de diarrhées aigües et de méningites, alors qu’il y a peu d’infections ORL ou d’infections pulmonaires chez un nourrisson nourrit au sein durant 4 mois.

Un allaitement au sein permettrait aussi de prévenir des allergies telles que la dermatite atopique, l’eczema ou même l’asthme. Certaines études font état aussi du bénéfice de l’allaitement maternel exclusif dans la prévention des maladies cardio-vasculaires, et même dans la prévention du risque d’obésité et de diabète de type 1.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*